Comment mon défi (réussi) peut vous aider à bien débuter l’apiculture ?

Avant l’hiver, je m’étais lancé un défi : rencontrer et interviewer 10 apiculteurs, et retranscrire tout ça sur mon blog. Et ça y est. C’est fait. Toutes ces rencontres m’ont énormément appris pour débuter facilement l’apiculture. Et pour que vous aussi puissiez en profitez j’ai pris soin de transmettre un maximum de ces savoirs à travers ces 10 interviews au cours desquelles j’ai rencontré des apiculteurs très différents :

  • du plus débutants (2 ans) au plus expérimenté (55 ans de pratique)
  • des amateurs et des professionnels,
  • des bio des et pas bio,
  • des gros et des petits (en nombre de ruches, évidemment :-) )
  • des hommes et … une femme

Lire la suite …

Interview #10 : pourquoi un apiculteur pro utilise des ruches Warré ?

Jérôme Alphonse est apiculteur depuis 10 ans. Avec sa femme, ils ont créé le GAEC “l’abeille du Vercors” il y a 3 ans. Cette année ils ont hiverné 350 ruches. Comme beaucoup de professionnels ils utilisent des ruches Dadant, mais ils utilisent aussi des Dadant divisibles et des Warré. Ils sont installés dans les plaines au pied du Vercors, à 350 mètres d’altitude, et à 20 minutes de la montagne. Et il met à profit cette situation pour hiverner en plaine (de septembre à juin)  et y faire une première miellée, puis il transhume en montagne fin juin pour profiter des floraisons décalées par l’altitude… et fuir les zones de cultures, trop souvent pesticidées.

Aujourd’hui le miel est leur principale source de revenu. Puis viennent les essaims et les formations. Ils élèvent aussi des reines, qu’ils vendaient, mais la concurrence est rude avec les pays à bas coût. Elles sont désormais élevées principalement pour leurs propres besoins. Il y a peu de temps, ils étaient labellisés en bio (AB)  mais ce label étant de plus en plus laxiste ils l’ont abandonné.

rucher ruche warre vercors montagne

Quelle ruche pour quelle production.

On conseille souvent aux débutants d’avoir un seul type de ruche pour se faciliter la vie (ou le travail).  Jérôme Alphonse est tout à fait d’accord avec la nécessité de standardiser le matériel, mais pourtant, il sait exploiter les qualités des différents types de ruches. Lire la suite …

Interview #9 : les conseils de Jean Riondet pour poser ses premières ruches

JJean Riondet - installer un premier rucherean Riondet à commencé l’apiculture il y a 55 ans. Il avait alors 13 ans. Il n’a jamais été professionnel, mais est formateur depuis de nombreuses années. Il a publié ses cours d’apiculture sous forme de livre dès 1995  : Un rucher dans mon jardin. Puis il a écrit l’apiculture mois par mois. Ensuite,  Le Rucher durable, et vient de sortir Installer un premier rucher, destiné spécifiquement aux débutants.

Avec quelle ruche débuter

Jean Riondet à pratiqué de nombreux types de ruches :

  • Ruche Layens : une ruche à développement horizontal. Il la trouve Lire la suite …

Interview #8 : les conseils de Christian, formateur en rucher école

Christian CARRIER est aujourd’hui à la retraite, et était en train de préparer ses ruches vides pour le printemps (grattage de cadres, de hausses et de corps) quand je l’ai interrompu par mes questions pour cet interview. Mais en plus de ces 49 ruches à s’occuper, il est aussi très impliqué dans le milieu apicole : associations d’éleveurs, formateur depuis 7 – 8 ans au rucher école et président du syndicat des apiculteurs du Cantal (450 adhérents). Ses ruches sont répartis sur 6 ruchers dans le Cantal avec des caractéristiques et vocations très différentes. Certains sont en prairies, d’autres en altitude (1100 mètres) ; La plupart des ruchers servent à la production de miel, mais l’un d’eux est réservé à l’élevage, et un autre accueille les formations. Toutes ses ruches sont sédentaires et produisent en moyenne 20 kg par an (châtaignier, toutes fleurs, bruyères).

Pour bien débuter, il ne suffit pas de bien connaitre les abeilles

Souvent, les débutants qu’il rencontre et forme veulent apprendre et connaître le comportement des abeilles. Il leur apprend alors qu’il n’y a pas de comportement standard. Selon la race le contexte etc, chaque colonie sera différente. Il leur apprend donc plutôt :

Lire la suite …

Un apiculteur, une apiculture

apiculteur apiculture - gare aux abeillesL’association « Gare aux Abeilles » a pour but de promouvoir l’éducation à l’apiculture, à la biodiversité, et à l’éco-citoyenneté. Pour écrire ce livre, ils ont rencontré 30 passionnés des abeilles. Et tous très différents : des apiculteurs (pro, amateurs, Dadant, Warré, Bio ou pas, transhumant, urbain…)mais aussi des animateurs, médecins, commerçants, chercheurs, auteurs…

Il en découle 30 portraits très Lire la suite …

Interview #7 : comment Fredéric gère ses 60 ruches entre plaine et haute montagne

Frédéric Bouffier, 46 ans, fils et petit-fils d’apiculteur a travaillé 20 ans dans l’informatique. Mais il y a trois ans il a quitté ses ordinateurs pour reprendre la dizaine de ruches de son père. Aujourd’hui, malgré de grosses pertes dès la première année, il a hiverné 60 ruches. Des Dadant et des Langstroth. Il n’a pas voulu ce mélange de ruches et oriente désormais tous ces investissements vers des ruches Langstroth qu’il trouve plus adaptées à son apiculture de montagne. En effet Frédéric habite au pied des Pyrénées, pas loin de Perpignan. Et s’il a eu autant de perte (17 ruches sur 20) à sa première année, ce n’est pas à cause des pesticides utilisés sur les cultures. Non, c’est à cause de Lire la suite …

interview #6 : comment Wendy est passée de 2 à 200 ruches

Wendy et son mari ont démarré l’apiculture il y a 6 ans, avec 2 ruches locales : des alsaciennes, pour « avoir des ruches dans mon jardin« . Et le virus les a piqué ! Aujourd’hui Wendy a presque 200 ruches et compte doubler l’année prochaine. Pour arriver à ce résultat si rapidement il a fallu investir, mais pas seulement de l’argent. Ils ont beaucoup travaillé et sont très rigoureux. Ils ont fait des erreurs au début, et elle en parle sans détour. Pour éviter que d’autres fassent les mêmes, et aussi pour dénoncer certaines pratiques pourtant encouragées par Lire la suite …

Interview #5 : un apiculteur pro sur les rails !

Jean-Luc, 46 ans, est apiculteur depuis 10 ans. Avant il était routier à l’international, mais il en avait marre et voulait passer plus de temps chez lui, en Creuse. Il a fait une formation et un stage pour devenir apiculteur et a vendu sa voiture pour s’équiper ! Dès la première année, il avait 100 ruches. Aujourd’hui il en a 300. Nous allons donc découvrir avec Jean-Luc, sa façon de travailler.ruche rail voie ferre sncf

Dans son parcours, il a connu des hauts et des bas, mais le plus bas c’était l’hiver 2012 : il a perdu 95% de ses ruches. Pour la plupart des « pertes inexpliquées » avec encore du miel en réserve. A cette époque, il transhumait encore (colza / tournesol). Mais depuis 2 ans, il laisse ses ruches toute l’année au même endroit, dans des landes et forêts pleines de châtaigniers, à 600 mètres d’altitude en climat océanique. Il ne fait plus que du miel toutes fleurs, et n’a aucun problème pour le vendre.

Ses ruches

Il n’a que des ruches Dadant 10 cadres, certaines sont en bois, d’autres en plastique. Et il les a équipées de Lire la suite …

Interview #4 : apiculture familiale en Mayenne

Patrick est en Mayenne, et s’il s’intéresse aux abeilles depuis une vingtaine d’années, il n’a commencé avec ses propres ruches qu’il y a 10 ans, quand l’occasion s’est présentée de pouvoir poser des ruches proches de sa maison. Il tenait beaucoup à cette proximité pour pouvoir les observer souvent.

Comment Patrick a débuté l’apiculture ?

essaim d'abeillesLa première année, au printemps, il a récupéré 2 essaims sauvages. L’un des deux était tellement fort qu’il a réussi à le diviser et à récolter dans la saison. L’autre n’a pas donné de miel. Il a donc fait hiverner 3 colonies dans des ruches Dadant (la Dadant a été choisie car c’est le modèle dominant chez les apiculteurs autour de chez lui). Aujourd’hui, après de multiples divisions et récupérations d’essaims, il a une dizaine de ruches, réparties sur 3 ruchers, dans un rayon de 3 Km autour de chez lui. Toutes sont sédentaires et produisent en moyenne Lire la suite …

Interview #3 : Jean-Pierre, amateur d’apiculture

Rucher dadant warré

Le rucher principal de Jean-Pierre

Jean-Pierre, 46 ans, est apiculteur depuis 5 ans dans le Gers. Il s’intéressait aux abeilles depuis très longtemps, mais il n’a eu le déclic que lorsqu’un apiculteur est venu récupérer un essaim qui s’était posé chez lui. Il a commencé avec 2 Warrés (pour l’autonomie qu’elles permettent : auto-construction facile, peu de matériel nécessaire…) mais a ensuite augmenté son cheptel avec des Lire la suite …